[ La Gazette de la E-démocratie ]                   [ La Gazette des idées et de l'innovation ]
            [ La Gazette de la démat ]                              [ La Gazette des marchés publics ]
        [ La Gazette du management ]                       [ The Gazette of ideas and innovations ]
[ Nous contacter ] 
 [ Notre rédacteur ] 
La Gazette de la E-démocratie
    
[ Accueil ]    [ Actualité ]    [ Articles ]    [ Brèves ]    [ Gazettes ]    [ Partenaires ]    [ Glossaire ]
[ Nous contacter ] 


                                   La musique et internet, une histoire déjà ancienne ...

    
Bien connu des internautes et très utilisé, ce procédé P2P permet d'échanger facilement, sur le réseau Internet des musiques, des films, des images et plus généralement tout type de fichiers.
    
Avant toute chose, évitons la moindre 'langue de bois', oui les applications de type P2P permettent de partager gratuitement de la musique, des films, des vidéos ou des jeux protégées par les droits d'auteurs et autres copyright, ce qui n'est pas vraiment légal.
    
Mais heureusement le P2P n'est pas seulement destiné au piratage, c'est aussi un outil formidable de partage qui permet d'échanger, par exemple, et de façon totalement légale, des données, des documents, des textes, des contenus multimédias comme des logiciels libres de droit.

Echanger de la musique
    
Il y a un peu plus d'une quinzaine d'années que les échanges des fichiers musicaux sur Internet sont devenus un véritable enjeu dépassant largement les frontières de la France. Pourtant tout avait mal commencé car, au début des années quatre vingt dix, alors que la première radio sur le Web fermait ses portes, l'un de ses dirigeants avait alors déclaré que de 'diffuser de la musique sur le réseau, cela était stupide et n'avait aucun avenir !'.
    
Mais l'augmentation des débits Internet, la baisse des prix des offres des fournisseurs d'accès, l'augmentation de la puissance des ordinateurs et des périphériques, l'augmentation des capacités de stockage tout comme l'arrivée de graveurs toujours plus rapides et performants sont les principaux facteurs technologiques et commerciaux qui ont permis l'arrivée en 1999 du premier logiciel de P2P utilisé à grande échelle, le logiciel Napster.
    
Dès la première semaine, quinze mille personnes le téléchargent et ils étaient déjà plus de vingt millions à l'utiliser un an plus tard …
    
L'ère de l'échange des fichiers musicaux s'ouvrait et le téléchargement illégal faisant alors partie intégrante du phénomène Internet.

Action ...
    
Très rapidement des éditeurs musicaux (les 'majors') et des artistes vont attaquer Napster et obtenir sa condamnation. Napster est fermé définitivement en 2002.

... Réaction
    
Dès 2001, les utilisateurs méfiants se replièrent sur une autre application, Kazaa.
Cette application de P2P améliore encore nettement la technologie développée par son prédécesseur car elle est basée sur une architecture décentralisée par laquelle les internautes sont reliés directement entre eux.

    
Les internautes se trouvent ainsi plus à l'abri des regards indiscrets. Le succès de cette application fut tel que Kazaa a été téléchargé à plus de trois cent millions d'exemplaires ce qui constitue un nouveau record qui restera longtemps intouchable.

La plus grande bibliothèque du monde ...
    
Le logiciel Kazaa a permis de créer la plus grande bibliothèque que l'homme n'ait jamais connue.

    
C'est ainsi que l'on peut trouver sur le P2P des multitudes de films, de morceaux de musique, d'œuvres littéraires et plein d'autres choses encore, toutefois pas toujours, voire rarement, dans le respect du droit d'auteur.

Face à la réalité technologique ...
    
Avec l'arrivée des forfaits Internet illimités et de l'ADSL, le comportement des internautes a évolué assez rapidement à tel point que les internautes vont laisser les applications P2P fonctionner en permanence, parfois même vingt quatre heures sur vingt quatre et sept jours sur sept, voire même lorsqu'ils partent en vacances ...
    
Ainsi on assiste, mécaniquement, à une très forte augmentation de la disponibilité qualitative et quantitative des fichiers accessibles sur le réseau, de plus du fait de multiples avancées technologiques et de l'étendue mondiale du réseau, de nombreuses œuvres sont disponibles dès leurs sorties, voire même parfois avant.

Pour résumer
    
Né et démocratisé en même temps qu'Internet, l'échange de fichiers musicaux, puis vidéos, s'est développé très rapidement grâce au développement conjoint de plusieurs technologies comme la compression des données numériques audio et vidéo, l'augmentation de la vitesse des réseaux internet, le développement d'offres internet illimité en même temps que l'offre de baladeurs de plus en plus performants.


(c) Gilles de Chezelles
L'auteur joint la pratique aux idées en apportant des solutions de sécurisation et en créant des espaces de confiance au travers de l'association AeSigne (Association européenne de la sécurisation des échanges dématérialisés et de la signature électronique (www.aesigne.eu)), de la plate-forme de dématérialisation des marchés publics E-Jal (
www.e-jal.com) ainsi que d'une galerie d'échange pour les projets innovants (www.privatepatent.com).


              
<< Article précédant
             .....           < Liste des articles >             .....           Article suivant  >>


Publication gratuite, La Gazette de la E-démocratie peut être librement diffusée, n’hésitez donc pas à diffuser les liens permettant de la consulter et/ou de la télécharger.

© 2012 - 2019    La Gazette de la E-dématérialisation   &   Les Editions de la Gazette         --          Mentions légales